//

La côte d’Ivoire avance vers le passé

3 minutes de lecture

C’est comme un replay des évènements de 2010 au lendemain de l’élection présidentielle. Un  président sortant déclaré vainqueur. Ses opposants qui ne le reconnaissent pas. Deux gouvernements annoncés. Et les ivoiriens inquiétés.

 A quatre heures du matin, ce mardi trois Novembre,  la Commission électorale indépendante annonçait la réélection d’Allassane Ouattara à un troisième mandat. Quelques heures plus tôt, Lundi deux, l’opposition annonçait qu’elle a choisi Henri Konan Bédié, 86 ans, comme président de son Conseil National de Transition. En effet elle ne reconnaît pas le processus électoral et par là même ses résultats.

Mais le pouvoir se sent légitime. Malgré la constitution qui limite à deux le nombre de mandats. Malgré les affirmations du gouvernement en 2016 disant que le président ne pourrait pas briguer un troisième mandat… à cause de la constitution! Le Président se pose en garant de la stabilité du pays. Malgré les violences et la trentaine de morts depuis l’annonce de sa candidature. 

L’opposition  qui avait d’abord appelé à la désobéissance civile, puis au boycott de l’élection, a donc décidé de mettre en place un conseil national de transition avec un président et bientôt un gouvernement.

Le président Ouattara accuse l’opposition de troubler le pays. Dans les colonnes du Monde Allassane Ouattara déclarait à propos de Bédié “Si Bédié revenait, ce pays serait détruit. Tout ce que nous avons fait aurait été dilapidé. Ça, je ne peux pas l’accepter.” déjà il prévoyait des poursuites à l’encontre de ses opposants :  » immédiatement après (les élections NDR) il y aura des poursuites et cela quelle que soit l’importance de la personne. »

Chose dite, chose faite: ce 3 novembre, le gouvernement a saisit le procureur de la république pour des poursuites contre les membres de l’opposition. 

Pendant ce temps, par crainte de voir les violences empirer, 3200 ivoiriens se sont réfugiés au Libéria, Ghana et au Togo selon le HCR. La stabilité ce n’est pas pour maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié